Total : 2745
En attente : 2

Sexe
Soumis
Mature


Histoires par auteur

Hetero (800)
Entre hommes (204)
Entre femmes (72)
Transexuelle (69)
Premiere fois (234)
A plusieurs (781)
Jeune adulte (123)
Mature (77)
Soumis,soumise (261)
Inclassable (126)

Hubert 1
Hubert 2
Le première fois dans mon lit
Empale toi sur le mat de ta frégate Christian
Annick reviens enfin dans mon lit













Rendez-vous à l'hôtel de passe

Ecrit par Tatiana
Parue le 22 janvier 2018
Il y a 1 commentaire pour cette histoire


Cette histoire érotique a été lue 1450 fois | Cette histoire erotique a une note de : 15/20

Noter ce récit erotique !


Cette histoire s’est passée en août 2017. Nous avions rendez-vous vers midi, mon ami et moi, dans un bel hôtel de jour que nous fréquentons régulièrement. C'était l’été et il faisait assez chaud. Je suis arrivée une dizaine de minutes avant mon ami. J’ai prévenu la propriétaire des lieux et j’ai bien sûr pu monter dans la chambre, élégante et raffinée. J'étais très excitée et très impatiente de le voir car j’avais la chatte en feu et j’avais besoins de sa queue pour assouvir mes besoins. On frappa à la porte, j’ouvris et il entra. La porte fermée, il me prit dans ses bras et nous sommes restés ainsi un long moment. Il m’a ensuite embrassée tendrement et j’ai senti le feu monter en moi.

Ensuite, il m'a prise par la main et nous nous sommes allongés sur le lit. J'étais sur le dos et il m'a caressé les bras, les jambes gainées de bas fins, puis a passé sa bouche sur mon visage. Je sentais son souffle chaud sur ma peau, j'ai fermé les yeux pour apprécier ce tendre moment. Sa bouche est descendue entre mes seins. Je portais un petit chemisier blanc avec un soutien-gorge transparent qu'il fit glisser sous mes seins déjà durs et excités. Sa langue s'est mise à titiller mes tétons dressés, lui montrant ainsi mon désir. J'adorais ça. Sa main devient plus insistante sur mon sein, il le malaxait avec ardeur et moi je mouillais comme une folle.
J’ai beau avoir entamé la soixantaine, je mouille toujours comme quand j’étais jeune, ce dont je ne me plains pas, évidemment…lui non plus. Il passa sa langue sur ma poitrine, d'un sein à l'autre. Excitée, j'enlevai mon chemisier puis ma jupe et je me retrouvai en petite tenue, soutien et string transparents, porte-jarretelles et bas couleurs chair. Il se déshabilla et se retrouva en boxer puis il s'allongea à coté de moi. La chaleur montait rapidement, nous étions tout deux brûlant de désirs. J'ai commencé à lui caresser le torse et le ventre tout en l'embrassant tendrement. Je me mis à sucer sa langue tout en plongeant mon regard dans le sien. J'ai passé ma main sur son boxer déformé par son sexe dressé. J'ai écarté alors mes cuisses, ce fut pour lui l'invitation qu'il attendait. Il me caressa le ventre puis vint poser sa main sur mon string trempé. Ses doigts s'engagèrent alors sous le tissu qui protégeait mon orifice tant convoité. Je sentais ses doigts effleurer mon gros clitoris dressé, je gémissais de plaisir. J'ai écarté encore plus mes jambes, et il a caressé mon bouton tout gonflé en suçant mes seins. Il a retiré mon string et l’a jeté au sol. Son regard en disait long sur l’envie qu’il avait de moi. Je me suis alors assise à côté de lui. En regardant son sexe tout droit, je passais ma langue sur mes lèvres pour lui exprimer mon appétit. J'ai tout d'abord pris sa queue dans ma main et j'ai effectué un mouvement de va-et-vient lent. Il a penché sa tête vers l'arrière et a laissé échapper un léger gémissement. Alors j’ai accéléré la cadence, sa respiration est devenue plus rapide. Délicatement, il m'enfonça son majeur dans mon vagin en me disant qu'il voulait me faire du bien lui aussi. Son doigt fouillait mon intimité avec ardeur et moi, je le masturbais doucement. J'étais trempée, la cyprine coulait de ma fente torride et je sentais venir l’orgasme. Alors je lui ai demandé d'arrêter. Il a retiré immédiatement son doigt couvert de mon jus. Il m’a regardée droit dans les yeux et a commencé à sucer son doigt luisant de ma cyprine. Je l'ai regardé à mon tour, de façon intense et je lui ai dit que je voulais le sucer. J'adore ça, prendre sa belle queue toujours impeccablement épilée dans ma bouche. Il s'est alors mis debout face à moi et je suis restée assise sur le lit. Je me léchais les lèvres en voyant ce membre droit et gonflé que me présentait mon ami. Je le pris tout d'abord du bout des lèvres pour simuler une pénétration, puis j’ai gobé d'un coup son gland et une bonne partie de sa queue ce qui lui arracha un cri rauque. Je le masturbais tendrement en lui caressant d’une main les testicules, tandis que l’autre main était entre ses fesses pour m’occuper de sa petite rondelle. Ma bouche se fit plus ferme et j’ai accéléré. Il prit ma tête dans ses mains pour cadencer lui-même le mouvement de ma bouche sur sa verge. Cela m'excitait. J’ai enfoncé un doigt dans son cul et je l’ai limé, en continuer à le sucer. En même temps, d’une main j’ai commencé à me caresser les seins puis ma main est descendue vers mon clitoris et je me suis mise à me donner du plaisir. Je m'enfonçais un doigt, puis deux dans mon trou mouillé. Il retira son sexe de ma bouche et m'allongea sur le lit. Sans attendre, il passa sa langue sur mon pubis épilé la veille par mon esthéticienne et il lécha de toute sa langue mon clito. Sa langue était chaude, il fouillait mes lèvres gonflées de désir et de plaisir, avec intensité. Pendant qu'il parcourait mon sexe de fond en comble en allant jusqu’à ma petite rondelle qu’il léchait aussi, je lui tenais la tête pour qu'il ne s'arrête pas. Son index reprit le chemin glissant de mon vagin. Un doigt, deux puis trois doigts. Ils entraient et sortaient au rythme des soupirs de plaisir que je poussais, je ne retenais plus mes gémissements et des petits cris de plaisirs. Les couples dans les chambres contiguës devaient sans doute m’entendre, ce qui m’excita encore plus. Après tout je payais la chambre pour avoir un moment d’intimité et ceux que j’entendais monter l’escalier venaient pour faire la même chose que moi. J’avais le droit de me laisser aller à mon plaisir comme je l’entendais. La vie est coute, autant en profiter.

Je me cambrais, ondulais, appuyait sa tête sur mon clito, sa main entière s’est retrouvée dans mon vagin inondé et il l’a faisait tourner dedans, l'orgasme était proche. Dans les chambres contiguës, les femmes commencèrent à gémir à leur tour. « Oui… Oui… Vas-y. Oh oui…Dans mon cul…J’aime ça…Encule-moi bien » dit l’une des deux ce qui m’excita follement car moi aussi j’adore me faire défoncer le cul. Une main dans ma chatte et deux autres doigts dans mon cul, je n’ai pas tardé à jouir dans un cri de plaisir intense. Il a sorti ses doigts pour me laisser reprendre mon souffle pendant qu’il se léchait les doigts. Il a pris sa verge dans sa main et a commencer à s'astiquer. Il s'exécutait en me suppliant du regard. Alors je me suis mise à quatre pattes, face au miroir, j'ai positionné sa queue à l'embouchure de ma chatte, il m'a pris par les hanches et s’est enfoncé en moi lentement, pour que je sente bien sa queue dure comme du bois coulisser dans mon fourreau trempé et bouillant. J'ai crié. Ses mouvements étaient intenses, durs, virils, comme je les aime. Je l'entendais prendre du plaisir, il aimait ça. « Tu es belle, ma chérie… J’aime avoir ma queue dans ta grotte, elle est toute chaude et trempée, j’aime te baiser ma petite pute » Je sentais ma cyprine couler le long de mes jambes. J'avais envie de l'exciter encore plus : « Oui, baise-moi bien, je suis ta grosse pute en chaleur qui n’en pouvait plus d’attendre ta queue alors vas-y, profite-en autant que tu veux, tous mes trous sont à toi ».

Alors je me suis occupée de mon clito. Nous étions face au grand miroir et nous regardions dans le miroir, je voyais son visage déformé par le plaisir. Je sentis son pouce presser mon anus et entrer dedans. Que c'était bon, je lui ai crié de continuer à me bourrer de plus en plus vite sentant l'orgasme proche. Mes deux trous étaient pris, mon clitoris malaxé entre mes doigts. Alors qu’un nouveau couple montait l’escalier, ce fut l'extase pour nous deux. Sa semence chaude a giclé par saccades dans ma fente. Il a crié sa jouissance et moi la mienne. Nous sommes restés un moment comme ça. Il m'a embrassé sur tout le dos puis s'est retiré laissant s'écouler un filet de sperme chaud le long de mes jambes. Il s’est couché sur le dos et je suis venue prendre son membre luisant de ma cyprine et de sperme pour le nettoyer avec ma langue. Après avoir joui, la sensibilité de son gland est exacerbée et se faire sucer est génial, paraît-il. J’en ai profité pour prendre ses belles couilles dans ma bouche et lécher son anus avec passion.

Nous nous sommes allongés côte à côte, pour reprendre notre souffle. Nous étions trempés de sueur. Mon ami est, finalement entré dans la salle de bains s’est assis dans la baignoire et a pris une bonne douche. Pendant ce temps je repensais à tout le plaisir que nous nous étions donné mutuellement. Je n'avais pas ressenti une telle chose depuis longtemps. Dans les chambres contiguës, la température avait monté d’un cran, les soupirs, gémissements et cris de plaisirs redoublèrent d’intensité. Cela m’excitait follement. Après sa douche, ce fut mon tour.

Quand je sortis de la salle de bain, il était couché sur le lit. Je suis venue m’allonger à ses côtés et il m’a prise dans ses bras. On a savouré ces instants de quiétude. Une des deux femmes était littéralement déchaînée. Rapidement je pus constater que la queue de mon ami s’était redressée fièrement. Il est vrai que j’étais mois aussi émoustillée. Je me caressais doucement en lui caressant doucement la queue. On allait recommencer, je le savais et maintenant qu’il avait déjà vidé ses couilles une fois, il allait durer encore plus longtemps avant de répandre son jus une seconde fois en moi.

Après un petit moment, je me suis levée et j’ai sorti de mon sac à main un gode-ceinture, et un gode avec ventouse. On adore tous les deux les sex-toys quand on fait l’amour. Il m’a regardé avec des grands yeux et un grand sourire a éclairé son visage.

J’ai fixé le gode avec ventouse au sol et j’ai déroulé sur le membre une capote.
Je me suis mise sur le lit, à quatre pattes, le cul tendu vers mon ami et il est venu derrière moi. Il a passé sa langue tout le long de ma fente en remontant jusqu’à mon anus qu’il a léché avec tendresse. Sa langue s’insinuait dans ma rondelle puis il redescendait jusqu’à ma fente où il poussait sa langue le plus loin possible dans mon con. Il m’ouvrait littéralement la chatte à coup de langue et puis il l’aspirait comme s’il voulait l’avaler. Après quelques minutes de ce jeu érotique, je suis allée m’empaler la chatte sur le gode–ventouse en me regardant dans le miroir. C’était super excitant de se voir et je montais et descendait sur le membre avec énergie, en gémissant.

Je l'ai fixé à travers le miroir. Ses yeux avaient une drôle d'expression, presque bestiale. Il s'est approché de moi, m'a caressé les épaules puis le dos et est descendu jusqu'à mes fesses. Il se colla à moi et m'encercla la taille de ses bras, son sexe raide et chaud collé contre mes fesses. Il mit un doigt dans mon cul et il commença à le tourner dedans pendant que le montais et descendais sur le gode. C’était incroyablement bon. Sans plus attendre, il sortit son doigt mit son gland contre ma rondelle et il me pénétra le cul d’un coup. J'ai eu du mal à retenir un cri de plaisir. Il allait et venait dans mon trou de balle avec vigueur. Mes deux orifices étaient remplis et cette double pénétration m’excitait à mort. Que c’est bon d’être remplie de cette façon, quel sentiment de plénitude, quel plaisir incroyable. Après un quart d’heure de ce traitement fabuleux, il sortit da queue de mon cul et vint me la mettre dans la bouche. Je le suçai avec délectation.

Je me levais, il enleva la capote du gode et en déroula une nouvelle. Il se mit un peu de lubrifiant sur la rondelle qu’il vint placer sur le gland du gode. Il commença alors à se laisser descendre sur lui. Folle d’excitation, je regardais le gode disparaître dans le cul de mon tendre ami. Il était maintenant totalement disparu en lui et sa queue était fièrement dressée contre son ventre. Il commença des mouvement de va-et-vient sur l’engin et sa queue dure se balançait au rythme de ses mouvements. Je vins me mettre devant lui et je pris sa queue dans ma bouche pendant qu’il continuait à s’enculer sur le gode.

Après un petit moment, je me suis levée et j’ai attaché le gode-ceinture à ma taille et je me suis couchée sur le lit. Il s’est relevé et est venu s’empaler le cul sur le gode ceinture en me faisant face. La vue était merveilleuse : son cul rempli qui montait et descendait en cadence sur l’engin. Je triturais sa bite au gland violacé et luisant de liquide pré séminal. Il s’est ensuite mis en levrette et je suis venue l’enculer avec vigueur. Nous nous sommes mis latéralement par rapport au miroir de sorte que je pouvais voir le gode entrer et sortir de son cul au rythme des mes mouvements. Tu aimes, mon chéri, ai-je demandé ? Bien sûr que j’aime, c’est délicieusement bon, tu es une enculeuse hors paire. Prends-moi, lime-moi, baise-moi, je t’aime et j’aime tout ce que tu me fais. Il gémissait de plaisir et poussait son cul vers moi de façon à bien sentir le gode en lui. J’étais incroyablement heureuse d’avoir un homme avec lequel je pouvais assouvir ce désir que j’avais toujours eu : renverser les rôles, être de l’autre côté et d’enculer un homme, exu qui aiment tant enculer les femmes. Mon ex-mari ne voulait pas en entendre parler, même par que je passe un doigt sur sa rondelle. J’étais folle d’amour pour cet homme qui avait tout de suite dit oui quand je lui avais fait part de mon fantasme. En le limant, j’imaginais une vraie queue dans son cul. Il faudra que je lui en parle, il acceptera sans doute de réaliser ce nouveau fantasme. Je ne dis rien mais j’accélérai le mouvement en gémissant de plaisir en imaginant la scène.

Un des couples avait quitté la chambre et la personne responsable de la mise en ordre des chambres s’activait à la préparer pour un nouveau couple. Elle devait entendre nos soupirs, râle, gémissements et petits cris mais elle devait être habituée.

Après un long moment je me suis retirée de lui et j’ai détaché le gode-ceinture. Je l’ai couché sur le dos et je suis venue me mettre face à lui. Je l’ai chevauché et j’ai enfoncé sa tige dans mon cul. Il regardait son membre coulisser dans mon conduit anal. Tu es belle ma chérie, et incroyablement excitante. Qu’est-ce que tu peux être chaude. Quel régal pour un homme, une femme comme toi. J’aime tant faire l’amour avec toi, quel plaisir tu me donnes.
Fatiguée de le chevaucher, je me suis mise en levrette. Il est allé prendre le gode ventouse, je me le suis enfoncé dans le con et il m’a rempli l’anus de sa belle queue dure comme du bois. J’étais en transe, chaque mouvement de sa queue déclenchait en mois des sensations incroyables, je mouillais autant du cul que de la chatte. Mes gémissements étaient de plus en plus forts. Vas-y mon chéri… Encore, bourre-moi le cul ? N’arrête pas, j’aime trop ça. Oh ouiiiii. Ohhhhhh, continue… Défonce le cul de ta chienne en chaleur…
Il a accéléré la cadence. Je l’aidais en poussant mon cul ver l’arrière pour le sentir le plus possible. Je vais jouiiiiiirrr, oh oui… ouiiiiiiiiiiii. J’ai crié une dernière fois et il s’est vidé les couilles en moi. Je sentais le sperme chaud qui sortait par saccade. Je me suis affaissée sur le ventre, avec mon amant toujours enfoncé dans mon anus. Il est resté dur un bon moment et puis il a commencé à débander un peu. Il s’est retiré, je me suis retournée et le foutre a commencé à sortir de mon cul. Il s’est approché, à passé ses lèvres sur ma rondelle. Elles étaient souillées de son sperme. Il est venu m’embrasser et nous avons partagé son foutre. J’ai pris une dernière fois sa queue en bouche et je l’ai nettoyée à coups de langue.
Après un bon bains, nous nous sommes quittés en nous donnant rendez-vous trois jours après pour une nouvelle séance de sexe. Il me promit une surprise….



Cette histoire est la propriété de son auteur : ne la copiez pas pour l'afficher sur un site autre qu'erplunch.ru

Ajoutez un commentaire pour cette histoire erotique:


Pseudo (*):


       Votre commentaire sur cette histoire(*):




Les champs marqués d'une étoile (*) sont indispensables.



Envie de voir vos écrits publiés?


erplunch.ru vous donne la possibilité de les faire partager !

Pour cela, rien de plus simple : rendez-vous sur le formulaire pour envoyer votre histoire érotique!

A vos plumes !


Envie de laisser un commentaire sur le site? Une idée d'amélioration?

Faites le sur notre livre d'or !



Online porn video at mobile phone